Stagnation voire déclinaison des taux d’inscription à l’éducation précoce dans certaines communes

Monsieur le Président,

 

Par la présente, nous avons l’honneur de vous Informer que, conformément à l’article 83 du règlement de la Chambre des Députés, nous souhaiterons poser une série de questions à Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse.

L’éducation précoce a été introduite progressivement à partir de 1998 et a dû être proposée dans toutes les communes à partir de 2009. Facultative, elle est destinée aux enfants ayant atteint l’âge de 3 ans et s’inscrit dans le contexte d’une meilleure socialisation des enfants ainsi que d’une bonne acculturation des enfants immigrés. Selon les informations de la presse il s’avère que certaines communes voient leur taux d’inscription à l’éducation précoce stagner voire décliner.

Dans ce contexte, nous voulons poser les questions suivantes :

  • Monsieur le Ministre peut-il nous confirmer ces informations ?
  • Dans l’affirmative quelles communes et régions sont les plus concernées ?
  • Quelles en sont les raisons ?
  • Cette stagnation, voire réduction des inscriptions à l’éducation précoce est-elle due à l’offre gratuite proposée par des structures d’accueil privées ?
  • Quelle est la position de Monsieur le Ministre de l’Éducation face à cette évolution ?
  • Est-ce que la mission éducative, telle que prévue au précoce, est aussi assurée et garantie dans les structures d’accueil privées ?
  • Dans l’affirmative, de quelle manière ?
  • Dans la négative, le Ministre ne juge-t-il pas cette situation comme problématique ?

 

Nous vous prions de bien vouloir croire, Monsieur le Président, à l’expression de notre très haute considération.

 

Martine Hansen                                                                                                                      Françoise Hetto

                                                                                Députées

Zréck