Le plus jeune prisonnier politique d’Arabie saoudite risque la peine capitale: le Gouvernement luxembourgeois et sa diplomatie entendent-ils intervenir?

Monsieur le Président,

 

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 83 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaite poser une question parlementaire à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes au sujet de l’exécution imminente de Murtaja Qureiris en Arabie saoudite.

En effet, selon la presse nationale et internationale, Murtaja Qureiris, majeur depuis le 7 juin 2019, mais arrêté déjà en 2014 à l’âge de 13 ans, risque désormais la peine capitale. Le plus jeune prisonnier politique d’Arabie saoudite, issu d’une famille chiite, aurait assisté à 10 et à 13 ans à des manifestations pour défendre les droits de l’homme. Sur des images de CNN, on le voit par exemple en 2011 sur son vélo au centre d’un groupe de garçons, tournant le dos à son père, qui réclame « des droits » pour le peuple chiite. Pour rappel : le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) dénonce régulièrement des exécutions de mineurs en Arabie saoudite.

J’aimerais dès lors poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes:

  1. Monsieur le Ministre peut-il me confirmer la précitée urgence dans le cas précis de Murtaja Qureiris ?
  2. Monsieur le Ministre peut-il m’informer comment le Gouvernement et sa diplomatie entendent réagir bilatéralement face à la gravité existentielle de la situation personnelle de Murtaja Qureiris ?
  3. Monsieur le Ministre envisage-t-il également de thématiser le cas en question aux niveaux européen (UE) et international (ONU) ?

 

Je vous prie de bien vouloir croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma très haute considération.

 

Laurent Mosar

Député

Zréck