Retour sur le territoire européen de djihadistes partis notamment en Syrie: Monsieur le Ministre peut-il me fournir des informations actualisées relatives à d’éventuels combattants étrangers, ressortissants / résidents luxembourgeois séjournant en zone de combat (Syrie, Iraq etc.) ?

Monsieur le Président,

 

J’ai l’honneur de vous informer que conformément à l’article 83 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaiterais poser une question parlementaire à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes et à Monsieur le Ministre de la Justice concernant le retour sur le territoire européen de djihadistes partis notamment en Syrie.

Face à l’annonce des États-Unis de se retirer de la Syrie, la question du retour des djihadistes étrangers partis en Syrie pour combattre aux côtés de l’État islamique figure à la une de certains pays européens. Le Bundesrat suisse est en train d’analyser s’il est indiqué de « rapatrier » ces combattants actuellement détenus dans des prisons contrôlées par les Kurdes. Environ 900 combattants étrangers seraient emprisonnés dans de telles prisons. Sans oublier ceux qui ont quitté les territoires irakien et syrien de manière volontaire suite au déclin de l’État islamique.

C’est ainsi que j’aimerais poser les questions suivantes à Messieurs les Ministres :

 

  • D’après un article de presse paru sur lessentiel.lu, au moins un résident du pays pourrait toujours se trouver en zone de combat. Monsieur le Ministre peut-il me fournir des informations actualisées relatives à d’éventuels combattants étrangers, ressortissants / résidents luxembourgeois séjournant en zone de combat (Syrie, Iraq etc.) ?

 

  • Le gouvernement est-il d’avis qu’il faille accorder à ces derniers une assistance consulaire ?

 

  • Le gouvernement peut-il confirmer que les personnes en question sont surveillées par le CAT ? Comment cette surveillance s’organise-t-elle en pratique ?

 

  • Quelle est la position du Luxembourg quant à un éventuel « rapatriement » des combattants étrangers, ressortissants luxembourgeois afin de les faire juger par la justice luxembourgeoise ?

 

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma parfaite considération.

 

Laurent Mosar

Député

Zréck