Clip vidéo de promotion politique utilisant des images mises à disposition par la Police grand-ducale

Monsieur le Président,

 

Par la présente, nous avons l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 80 du Règlement de la Chambre des Députés, nous souhaitons poser une question parlementaire à Monsieur le Ministre des Communications et des Médias au sujet de la récente mise à disposition d’images vidéo professionnelles à des fin de promotion d’un parti politique.

En effet, les auteurs de la présente viennent de constater – non sans une certaine stupéfaction d’ailleurs – qu’après le vote de la réforme de la Police grand-ducale le 12 juin 2018 à la Chambre, le parti socialiste a publié sur les réseaux sociaux un clip vidéo de promotion politique concernant la précitée réforme en utilisant des images mises à disposition, selon le message de remerciement sans équivoque à la fin du précité clip, par la Police grand-ducale.

Ainsi nous nous permettons dès lors poser les questions suivantes au Ministre des Communications et des Médias :

  1. Monsieur le Ministre est-t-il au courant de la précitée mise à disposition d’images par la Police grand-ducale au parti socialiste?
  2. Dans l’affirmative, Monsieur le Ministre a-t-il approuvé cette mise à disposition à des fins de promotion d’un parti politique ?
  3. Dans l’affirmative encore, Monsieur le Ministre peut-il nous confirmer dès lors un changement paradigmatique dans la politique – jusqu’à ce jour très restrictive – du Gouvernement, de ses ministères et de ses administrations relative à la mise à disposition d’images pour les besoins de promotion des partis politiques? Quelles administrations disposent dans ce contexte de matériel vidéo ? Quel est, dans ce cas de figure, le service de contact compétent pour les partis politiques intéressés ?
  4. Dans un même contexte, Monsieur le Ministre peut-il nous renseigner tout autant si la nouvelle politique constitue également un nouveau service à la presse voire à toute personne intéressée ?
  5. Dans la négative, enfin, Monsieur le Ministre peut-il nous communiquer comment il entend réagir à cette utilisation – dans cette hypothèse non-justifiée – d’images par un parti politique ? Et quelles en seraient, dans cette hypothèse encore, les conséquences pour ledit parti ainsi que pour la communication politique au Luxembourg ?

 

Nous vous prions de bien vouloir croire, Monsieur le Président, à l’expression de notre très haute considération.

 

 

Laurent Zeimet                                                                         Marc Spautz

                                                                        

                                                      Députés       

Zréck